Cindy Belotte

Aux yeux de Cindy Belotte, directrice artistique, chorégraphe et professeure de danse, le mouvement est une clé. Une clé de transmission, de vérité et de relâchement. Selon elle, dans la danse, il faut faire place au corps décomplexé, au dénouement de tout ce qui retient, ce qui cloisonne, ce qui rapetisse. Son sens de l’acuité et sa rigueur se traduisent aussi dans son rapport avec le monde et les autres, de même que dans son intérêt marqué pour la justesse qu’elle évoque avec confiance: «Je crois beaucoup en la vérité. Rien de faux, rien de simili, je n’aime pas les façades. Comment je le transporte aujourd’hui, c’est de comprendre l’essence des choses. Si je comprends bien l’essence d’un rythme ou d’un mouvement, à ce moment-là, je peux bien le transmettre. [… ] Je sais que ce que je tente de partager est vrai.»

Portée par ces valeurs, Belotte affirme ainsi sa présence et sa verve, autant sur scène que dans la vie quotidienne. À l’âge de 9 ans, lorsqu’elle a fait ses débuts en danse dans la troupe Mapou Ginen, initiée par sa grande sœur, Belotte ne comprend pas nécessairement pourquoi les membres de sa famille la poussent vers la danse traditionnelle africaine. Aujourd’hui, alors que cet art forme une partie intégrante de sa vie, le rôle qu’a joué et que joue encore la danse est limpide: un retour aux sources, un lien avec ce qui est venu avant elle. Tout comme l’apprentissage des traditions haïtiennes l’a marquée, Belotte s’engage aussi à faire découvrir aux plus jeunes la richesse de leur héritage. Ayant elle-même constaté le rôle complexe et important de ses liens avec Haïti, la terre natale de ses parents, l’artiste, tout comme sa sœur l’a fait pour elle, emmène ses élèves dans un espace d’échange dans lequel ils peuvent renouer avec leurs racines et dialoguer avec elles.

L’enseignement représente ainsi un espace singulier qui lui permet de se remettre en question, de se faire challenger, mais aussi, encore et toujours, de montrer aux autres ce que la danse peut symboliser dans le processus de découverte de soi. Pour sa part, cette influence est unique: «On m’a souvent dit: si tu veux découvrir qui est Cindy, il faut la voir dans son élément qui est la danse. Je pense que c’est mon côté qui est le plus vulnérable. Je me mets à nu, en fait. L’espace dans lequel je peux être le plus moi-même, connectée avec ce que j’étais, ce que je suis dans le moment présent, et ce que ça va envoyer au futur.»

En revenant à l’enjeu des origines, le fait de se situer à la lisière de deux pays n’a fait qu’enrichir sa perspective et nourrir sa curiosité. Au fil des voyages et des passages dans des milieux qui l’ont rapprochée de ses racines, Cindy Belotte a appris à faire l’équilibre entre le passé et le présent, tout en acceptant de lâcher prise et d’être en apprentissage continuel, à toujours se renouveler. Que ce soit pour des projets indépendants, auprès de Mapou Ginen ou de la prestigieuse Compagnie de danse Nyata Nyata, en tant qu’enseignante, directrice artistique, interprète ou même chanteuse, Belotte multiplie les projets et les relations humaines en se laissant emporter par la musique et le mouvement. Sans aucune intention de ralentir, elle assume complètement ces élans: «Ça me passionne trop. C’est de l’introspection autant que de l’extériorisation. Les deux forces se parlent.» Dotée d’une intuition, d’une force et d’un dévouement puissants, Cindy Belotte aborde le futur avec curiosité et ouverture, toujours prête à poser des questions et à chercher la vérité.

Past events