Justin de Luna

Originaire de Toronto et établi à Montréal depuis quelques années, Justin de Luna pratique la danse contemporaine dans un esprit d’ouverture et de sensibilité, valeurs qui se reflètent autant dans ses engagements artistiques que dans ses engagements communautaires. La danse et la musique se sont très tôt insérées dans son parcours comme des formes d’expression décomplexées, comme un moyen intime de profiter de l’instant évoqué en parlant de son enfance: «Je me souviens de quand je visionnais des vidéos de Britney Spears en faisant jouer de la musique vraiment fort dans le sous-sol de mes parents, juste en dansant pour moi-même. Cet esprit, au plus profond de moi, est au cœur de pourquoi j’ai commencé à danser en premier lieu. C’était seulement pour moi. C’était ma manière de m’exprimer, ma manière de tirer plaisir de la vie, de moi-même et de qui je suis.»

Ainsi propulsé par cette passion initiale, De Luna a obtenu un diplôme en danse à l’École de théâtre de Ryerson, formation rigoureuse qui l’a encouragé à se questionner au sujet des attentes des autres ainsi qu’au sujet de sa relation au corps et au mouvement. Alimenté par ces questionnements, De Luna a très vite commencé et cherche toujours à se défaire des notions préconçues qui l’ont forgé, tout en mettant l’accent sur la représentation de l’anormal, ou plutôt, de ce que l’imaginaire collectif étiquette comme anormal ou Autre. En tant que Canadien dont les parents viennent des Philippines et membre de la communauté LGBTQ+, De Luna s’engage à faire foisonner des espaces où les minorités peuvent se rassembler, partager et trouver un exutoire pour créer. C’est une des motivations, entre autres, qui l’a fait endosser le rôle de co-commissaire pour le Camp de performance queer en 2020 du Studio 303, un espace de communion et d’échange intergénérationnel par lequel il a lui-même été accueilli lors de ses débuts dans la métropole.

Au sujet de son appartenance à la communauté queer, De Luna assume complètement la manière dont elle oriente ses choix: «Je sens que ce fait d’être queer est devenu une sorte de moteur dans mon processus de prise de décisions ainsi qu’en rapport avec mes goûts artistiques, de même qu’en lien avec les choses que je consomme et par lesquelles je choisis de m’entourer. Le fait d’être queer, pour moi, fait écho à cette notion d’être l’Autre.» L’interprète s’embarque ainsi dans une démarche réfléchie et en constante évolution, visant plus que tout à élucider le pourquoi des choses, à mieux comprendre sa posture dans les cadres et les mœurs dans lesquels il a grandi.

Pour la suite des choses, que ce soit en donnant des spectacles, en participant à des résidences de création ou en organisant des initiatives collectives, l’interprète se laisse mener par son désir d’apprendre et d’aller au-delà de ce qu’il sait déjà. En préservant l’image de l’enfance et du jeune danseur emporté par les plus gros hits des années 2000, il tente le plus possible de rester intègre en suivant son intuition: «Je songe à cette question perpétuelle qui résonne en moi: pourquoi? Je sais les choses que je sais, mais je ne sais pas les choses que je ne sais pas. Alors je vais choisir la curiosité et aller vers l’ailleurs. C’est aussi au cœur de mon identité, c’est-à-dire juste d’aller au-delà [de ce qui est convenu].» De cette manière, Justin De Luna avance dans un espace qui s’affranchit perpétuellement des catégories et des croyances immuables, prêt à amener dans la création une énergie et une fébrilité renouvelées.

Past events