Isabelle Pin

Inarrêtable, minutieuse et dotée d’un rire contagieux, Isabelle Pin, présentement à la maîtrise en danse, pratique l’interprétation et la chorégraphie depuis plusieurs années. Son approche foncièrement multidisciplinaire est fondée sur l’empathie, l’humour et la transgression des limites. C’est entre autres en se basant sur son long parcours en improvisation théâtrale et son intérêt pour les arts plastiques qu’elle s’est spécialisée dans son domaine de maîtrise, lorsqu’elle s’est rendue compte que «la danse n’était pas seulement limitée à la danse, [que c’était] un univers malléable dans lequel il est tellement le fun de jouer, quand l’on se permet de requestionner les limites et les conventions». Animée par les possibilités qu’offrent ce secteur, Pin entretient une passion pour la composition scénique, la conception et la personnalisation de vêtements, parmi une multitude d’autres aptitudes, le tout motivé par un désir de déconstruire le beau et de créer un espace où «l’imperfection» a sa place. Toucher à plusieurs disciplines lui permet de garder l’envie de rester créative en se laissant inspirer par toutes sortes de médiums, aussi différents soient-ils les uns des autres.

Du côté personnel, Isabelle Pin tente aussi de mettre de l’avant des valeurs féministes qu’elle assume complètement. Lorsqu’elle évoque un projet de création marquant qu’elle a développé et performé alors qu’elle était enceinte, l’interprète se rappelle le besoin qu’elle a eu, à l’époque, de «voir un corps qui n’était pas juste performant, athlétique, pas juste capable d’effectuer un besoin physique, mais qui [était] capable de véhiculer un passé, un vécu, même un traumatisme, quelque chose de plus profond que la superficie». Durant cette période qui l’a aussi forcée à se confronter à son ego, elle a appris à questionner le besoin du corps de toujours devoir être au meilleur de sa forme, le plus utile possible. Au cœur de sa démarche s’inscrit cette réflexion et ce désir d’apprivoiser le corps dans sa vulnérabilité et, au lieu de les dissimuler, de mettre de l’avant ses faiblesses. Ou alors, dans ses propres mots: «comment miser sur ce qu’on veut cacher au lieu de toujours être très polyvalent, virtuose?» Avec cette approche, l’artiste approfondit sa relation avec la douceur et la puissance féminine, décloisonnées et libérées des définitions rigides. Tout en intégrant une grande rigueur à son travail, Pin tente ainsi de redéfinir le corps utilitaire et la beauté. L’humour occupe une place importante dans sa trajectoire et sa création, une convivialité et un dynamisme que l’on décèle en elle dès la première rencontre. Il lui importe aussi d’honorer dans ses créations ses origines à moitié khmères, sans qu’elles soient nécessairement explicitées dans ses œuvres, en reconnaissant l’influence qu’elles ont sur ses choix artistiques et sa sensibilité aux enjeux identitaires.

Dans ce même esprit et pour ce qu’il y a à suivre, Pin organise et participe également à des matchs d’impro-lutte, un univers tout à fait spectaculaire et spontané. L’univers de l’improvisation la motive à lâcher prise en sachant que seul «le moment présent est en contrôle de ce qui peut arriver», et ce nouveau défi lui permettra de poursuivre sa quête de l’absurde et de déconstruction de soi. Avec cette confiance renouvelée, elle suit ainsi son instinct en acceptant qu’il la mène vers des terrains inexplorés. Maîtresse de son parcours, mère, artiste et femme, Isabelle Pin touche à tout et dégage un esprit d’ouverture qui est en perpétuelle croissance.

Événements passés