Artiste

Robert Berrouët-Oriol

Linguiste, spécialiste en aménagement linguistique et en communications institutionnelles. Poète et lecteur critique, pisteur de l’œuvre de l’écrivain Franketienne, il a collaboré aux revues Vice Versa, Moebius, Dérives (Montréal), Europe, Saprifage, Revue noire (Paris), Interculturel de Lecce (Italie), Maison de la Poésie (Namur), Calacs (Ottawa), Quebec Studies (Ohio), Callaloo (Virginie), Chemins critiques et Conjonction (Port-au-Prince). Conférencier invité à plusieurs reprises du CIEF (Conseil international d’études francophones), Robert Berrouët-Oriol est également l’auteur de la première étude théorique relative au concept exploratoire d’«écritures migrantes et métisses» au Québec, ainsi que d’articles portant sur la fiction romanesque d’Émile Ollivier, Pierre Nepveu, Dany Laferrière, Jean-Claude Charles, etc. Il a publié Lettres urbaines (poésie), suivi de Le dire-à-soi (1987) et, au fil des ans, plusieurs textes et poèmes en revues, incluant des traductions anglaises, portugaises et catalanes. Son Thoraya, d’encre le champ (poésie, 2005), a admirablement été rendu en anglais par le traducteur de René Depestre et Edwidge Danticat, Carrol Coates, de la Bighamton University, sous le titre de Thòraya, the ink field (poésie 2007). Plusieurs séquences de poèmes tirés de Thoraya, d’encre le champ et de En haute rumeur des siècles viennent d’être traduits en catalan lors de la Foire internationale du livre de Barcelone et des Noches de poesia, dans le recueil collectif publié, en coédition Espagne/Québec, en décembre 2008, sous le titre Troc paroles/Troc de paraules. Avec En haute rumeur des siècles, Robert Berrouët-Oriol offre son troisième livre de poésie, sa partition musicale la plus aboutie et la plus exigeante.

A participé ou collaboré à l’événement