Artiste

Photo: Rolline Laporte

Luc Bonin

Luc Bonin, avant d’être Urbain Desbois, est d’abord un multi-instrumentiste (guitare, piano, basse, batterie, violoncelle, etc) formé au fil de ses nombreuses collaborations. Il entre en contact pour la première fois avec les poètes dans les années 80, en tant que musicien accompagnateur pour les mythiques soirées de poésie organisées par Janou St-Denis. Il joint par la suite les rangs du groupe Rythm Activism à titre de bassiste. C’est au cours des sept années de tournées canadiennes, européennes et américaines du groupe que naît secrètement en lui le désir de composer et d’écrire des chansons de son propre cru. Urbain Desbois est donc apparut un soir d’avril 1993 sur la scène du Cheval Blanc, à Montréal. Personnage singulier — poète bref doublé d’un musicien inventif — il est vite dépassé par son propre phénomène. Las de copier des cassettes autoproduites, il se remet bientôt entre les mains d’une maison de disque qui produira entre 2000 et 2003 non moins de trois albums “Ma maison travaille plus que moi”, “États d’âne” et “Entomologie”. Les critiques saluent chaque fois la finesse des textes et l’accueillent dans la grande famille des auteurs-compositeurs-interprètes avec digne mention. Propulsé en commando pour chauffer les salles des vedettes de l’heure (Thomas Fersen, Arno, Renaud) il saisit si bien le public, décoiffé par l’aisance de ce verbomoteur électrique, qu’il se retrouve rapidement en tête d’affiche. Après avoir sillonné les routes du Québec en spectacle et donné dans quelques projets parallèles (musiques de film, ligue d’improvisation musicale, théâtre) c’est au printemps 2007, chez Audiogram, qu’Urbain Desbois refait le coup du nouvel album avec “La gravité me pèse”. Il a été l’invité d’honneur de la troisième édition du FVA.

A participé ou collaboré à l’événement

Extrait audio

  • Cowboy à pied