Artiste

Laurence Cayer-Desrosiers

Laurence traverse la zone pelvienne de sa mère le 24 septembre 1982, aidée par les puissants forceps de l’infirmière. Perturbée par l’immense regard vert interrogateur de Laurence, la direction de l’Hôpital Sainte-Jeanne-d’Arc décide de fermer son service d’obstétrique un mois plus tard. Dès l’entrée à la garderie, Laurence se garroche sur tout ce qui se fait en terme de spectacle de fin d’année et de performance enfantine. Elle interprétera coup sur coup une fleur, une princesse et une fleur princesse (pour vrai!). Laurence amorce un virage draconien à l’âge de douze ans avec ses copines de NDG. Voulant protéger leur pudeur et leur virginité, leurs parents les envoient se faire éduquer comme du monde à l’école privée pour filles du quartier. Au cégep, Laurence reprend contact avec l’Homme. Fascinée, éblouie et beaucoup trop naïve pour son âge, elle se fera briser le cœur à de nombreuses reprises. Pour éponger sa peine, Laurence entre en Communications à l’UQAM, suivant son rêve artistique de jeunesse. Un jour, entre deux périodes de studio, ses amies la tassent dans un coin du pavillon Judith-Jasmin et l’invitent à se joindre aux Moquettes Coquettes. Elle relève le défi et à l’automne 2003, elle commence à enrichir la radio Internet de CHOQ avec sa voix suraiguë. Depuis que le spectacle a déménagé sur scène, Laurence vit deux nouvelles passions: jouer des personnages plus hétéroclites les uns que les autres et se bourrer la face dans le buffet en coulisses.

A participé ou collaboré à l’événement