Artiste

Photo: Rolline Laporte

Marie-Jo Thério

Marie-Jo Thério est née à Moncton au Nouveau-Brunswick et a grandi auprès d’une mère chanteuse et de trois frères musiciens. Dès l’âge de dix ans, on l’inscrit à des cours de piano et à treize ans, elle explore déjà son propre univers musical. Trois ans plus tard, Marie-Jo offre ses premières chansons.

C’est à dix-sept ans qu’elle quitte Moncton pour la métropole et débute, à l’Université de Montréal, des études en littérature. Marie-Jo fait ensuite une incursion au Conservatoire d’art dramatique d’où elle est mise à la porte. Sa passion pour l’écriture demeure et elle débute alors le circuit des boîtes à chansons (Bistro d’Autrefois, Butte Saint-Jacques) où l’on fait place aux jeunes auteurs-compositeurs-interprètes. Plusieurs spectacles se succèdent — incursion dans le monde de l’enfance, musique allemande — et voilà que Michel Tremblay lui propose d’auditionner pour l’opéra romantique Nelligan. Elle séduit le metteur en scène Claude Brassard et décroche le rôle de Gertrude, la jeune sœur de Nelligan.

En 1990, Marie-Jo joue dans la comédie musicale Les Misérables où elle est à la fois, la doublure de Cosette et d’Éponine. Elle participe aussi à divers festivals: Québec, Caraquet, St-Malo, Lafayette, Manitoba. Le Festival de Granby l’accueille dans la catégorie auteur-compositeur-interprète. Elle atteint la finale.

Parallèlement, le téléroman Chambres en ville lui fait de l’œil. Marie-Jo devient Laura, une adolescente complexe, qui au départ n’est qu’un personnage épisodique. Son aventure télé dure finalement trois ans. Elle quitte le plateau de Télé-Métropole pour se consacrer entièrement à la chanson.

1995-1996 marque une année charnière pour Marie-Jo Thério. Un premier album, Comme de la musique, et une série de spectacles au Théâtre Du Maurier de la Place des arts la consacrent au rang des jeunes auteurs compositeurs interprètes à surveiller. De partout on salue son originalité. Cette artiste hors normes est désormais incontournable dans le paysage musical québécois. La critique montréalaise est unanime: Marie-Jo fait tout simplement du Marie-Jo Thério. Elle est la première récipiendaire du prix de la Fondation Félix-Leclerc dans le cadre des FrancoFolies de Montréal en 1996. Cet honneur sera pour elle un accès direct à La Rochelle. Elle participe aussi au spectacle de la Saint-Jean devant plus de 30 000 personnes. S’ensuit peu après le Festival d’été de Québec qui se soldera, au début de 1997, par la première partie du spectacle de Georges Moustaki au Casino de Paris. L’année 97 fera enfin de Marie-Jo Thério la gagnante du Prix Sentier des Halles.

L’année 1998 est marquée par de nombreux déplacements entre l’Europe et le Québec. La francophonie flirte plus que jamais avec elle. Parallèlement à la musique, elle remet son chapeau de comédienne en 1999, afin de jouer dans le film Full Blast de Rodrigue Jean pour lequel elle remporte le Jutra de meilleure actrice de soutien.

Au printemps 2000, Marie-Jo Thério présente son deuxième album, très personnel, La Maline, réalisé par Bernard Falaise. La Maline rend pleinement la force du talent de Marie-Jo avec toutes ses beautés et ses contradictions. L’année se termine par la présentation, toujours avec son complice Bernard Falaise, du spectacle Arbre à fruits. Arbres à fruits: un spectacle musical et théâtral novateur qui séduit le public et la critique par sa grande authenticité et par le caractère libre, fou et séduisant de Marie-Jo sur scène. Le spectacle sera présenté en tournée dans plusieurs grandes villes au Québec et au Canada.

La tournée Arbre à fruits. Arbres à fruits se termine en décembre 2002. Durant cette même année, Marie-Jo présentera plusieurs spectacles en France, en plus de participer au tournage du documentaire Kacho Komplo, réalisé par Paul Bossé et portant sur la culture acadienne.

En 2004, Marie-Jo passe de plus en plus de temps en France. Elle décide même de s’y installer pour parfaire l’écriture de son prochain album. Première artiste canadienne à signer un contrat avec la prestigieuse maison de disques Naïve, elle lance en mai 2005 son troisième album, Les matins habitables, coréalisé avec son complice Oliver Bloch-Lainé.

L’album Les matins habitables est certifié Disque d’Or — 50 000 copies vendus — et remporte, lors du Gala de l’Adisq 2006, le Félix «Meilleur album dans la catégorie folk contemporain». Elle présente son spectacle Les matins habitables en France à l’automne 2005 et au Québec au printemps 2006. Le dernier spectacle fut présenté au Spectrum à l’été 2007 dans le cadre des FrancoFolies de Montréal. Elle a aussi été l’invitée du Consort contemporain de Québec dans le cadre du festival Coup de cœur francophone en novembre 2007.

En février 2009, elle est l’invitée d’honneur de la 8e édition du Festival Voix d’Amériques.

A participé ou collaboré à l’événement

Extrait audio

  • Un lutin