Séries >

Spectacles à La Sala Rossa

3 février

20h30

Martin Tétreault + Gatineau

En français. Après avoir numérisé des kilomètres de bandes magnétiques ou de vieux records et passé des heures à sélectionner, échantillonner, traiter et remixer; voilà que Martin Tétreault fait ressurgir les voix d’hier, de manière attachante et ludique. Les mots de Miron, Langevin, Garneau, Savard, Desbiens et les autres se rencontrent et reprennent vie sous diverses déclinaisons. À travers un mélange foisonnant de musiques acoustiques et électroniques, avec des relents de folklore et de vieux airs connus, le musicien Martin Tétreault, toujours aussi rigoureux et délinquant, fait se rencontrer le passé et le présent. «J’entends des voix…», nous a-t-il dit, «mais aussi des sons».

Avec la collaboration de Julien Roy, Martin Tétreault offre «live» ce dialogue entre poésie et musique autour duquel se greffent trois courts clips audio réalisés par Diane Labrosse, Anne-Françoise Jacques et Aimé Dontigny. En prime, nous aurons droit aux magnifiques projections de L’œil de verre, un nouveau duo formé des artistes Jean-Benoit Pouliot et Carl Fortin.

En deuxième partie de cette soirée musicale, après avoir jammé avec Martin Tétreault, Gatineau prendra d’assaut la scène pour faire lever le party! Gatineau n’est pas un freak show et encore moins un groupe d’Outaouais. C’est d’abord un duo bien montréalais, unique en son genre, qui donne dans le «spoken-word progressif». Composé de SEBA/mcBrutalll (Éric Brousseau) à la voix et Sugartech (Jean-Sébastien Cyr) à la musique, Gatineau emprunte autant au hip hop qu’à l’électro-acoustique. Le 3 février, Burne Mac Pherson (Jean-Sébastien Nicol) à la batterie et DeMhamel (Dominic Hamel) aux machines et traitement sonore se joindront au duo. Attention, ça promet de brasser!

4 février

20h30

Voices from Planet Toronto

Animé par Andrea Thompson
Avec Bill Bissett, Robert Priest, Naila Keleta Mae, Dwayne Morgan, Ann Thompson, Jill Battson, Spin

12,00$

En anglais. À la Sala Rossa, l’unique grand spectacle anglophone du FVA 2007 est à lui seul un événement incontournable pour les curieux de la scène poétique canadienne. La crème de la délinquance torontoise s’est donné rendez-vous à Montréal pour offrir un spectacle digne des meilleures soirées de la contre-culture. Si les années 50 avaient ses Kerouac, Ginsberg et Burroughs, les années 2000 possèdent aussi leur part de délicieux marginaux.

Bill Bissett (poète iconoclaste), Naila Keleta Mae (artiste interdisciplinaire, bête de scène charismatique, elle a été une des révélations du FVA 2004), Dwayne Morgan (poète, organisateur, gagnant du meilleur album spoken word au Canadian Urban Music Awards 2003), Jill Battson (activiste de la poésie et initiatrice de nombreux événements), Robert Priest (une douzaine de recueils de poésie et plusieurs prix dans ses bagages) et le jeune Spin (membre du Dub Poets Collective de Toronto) seront les invités de la dynamique et chaleureuse Andrea Thompson (poète et animatrice d’émissions consacrés à la poésie sur CiTr radio's et à Bravo TV). Une soirée originale avec une touche d’humour qui devrait ébranler tous les méchants préjugés sur nos collègues torontois.

5 février

20h30

Hallahou!

Avec les auteurs Steve Savage, Christian Larouche, Philippe Charron, Dauphin Vincent, Hervé Bouchard, Renée Gagnon, Patrick Poulin, Alain Farah, Mylène Lauzon
la chorégraphe Karine Denault
et les poètes français Julien d’Abrigeon, Thomas Braichet

L’artiste James Paterson et le designer Christian Bélanger complètent la distribution, par le biais d’interventions visuelles.

12,00$

En français. Quittez le confort de vos papiers et crayons chers poètes, car votre maison d’édition vous invite à vous commettre! Créée depuis à peine cinq ans, la maison d’édition Le Quartanier, qui privilégie les écritures exploratoires et intempestives, a réussi à se tailler une place de choix sur la scène de la poésie au Québec. En 2006, deux auteurs du Quartanier se sont mérités des prix importants: la poète Renée Gagnon a remporté le prix Émile-Nelligan 2005 pour son recueil Des fois que je tombe, et l’écrivain Hervé Bouchard, le Grand Prix du Livre de Montréal 2006 pour son roman Parents et amis sont invités à y assister.

Hallalou! est un spectacle spontané, sans maître de cérémonie, où l’on pourra entendre les auteurs Dauphin Vincent, Christian Larouche, Hervé Bouchard, Patrick Poulin, Philippe Charron, Alain Farah, Renée Gagnon, accompagnés de la chorégraphe Karine Denault. On pourra aussi découvrir deux poètes performeurs français venus au Québec expressément pour l’occasion: l’audacieux Julien d’Abrigeon dont la forte présence sur scène vient appuyer des textes incisifs, et l’artiste interdisciplinaire Thomas Braichet qui mêle habilement sa voix à des sons trafiqués.

Les artistes visuels James Paterson et Christian Bélanger animeront l’espace avec leurs projections visuelles.

6 février

20h30

Martel: Yé-Yi-You-Ya / Falaise: Vache qui veut vole

Frank Martel & L’Ouest céleste: Frank Martel (voix, ukulele), Bernard Falaise (guitare), Éloi Deit (basse)

Vache qui veut vole: Bernard Falaise (guitare, voix), Rémi Leclerc (batterie, électroniques), Patrick Hamilton (basse, guitare), Alexandre St-Onge (basse, électroniques), François Lafontaine (claviers)

15,00$

Frank Martel n’est pas seulement l’âme du Cheval Blanc! Il est aussi poète, performeur, joueur de theremin, et Yé-Yi-You-Ya est son troisième disque. Il a été nommé «sacré talent 2004» par la chaîne culturelle de Radio-Canada, on dit qu’il est le grand frère spirituel d'Urbain Desbois, avec qui il partage un amour des mots, des histoires loufoques et des musiques country-folk. En compagnie de L’Ouest céleste (Eloi Deit et Bernard Falaise) Frank Martel présente son spectacle en grande première au FVA!

Mais ceci n’est qu’un début. Après avoir accompagné en guitare Frank Martel, Bernard Falaise se révèle dans son premier spectacle de chansons! Celui qu’on connait pour son incomparable talent de guitariste (Miriodor, Klaxon Gueule, Les Projectionnistes, FoodSoon) d’accompagnateur (Marie-Jo Thério), de compositeur (quatuor Bozzini, l’ensemble Pentaèdre, Quasar) de réalisateur (pour des disques de Jorane, Marie-Jo Thério, Frank Martel, D. Kimm) présentera son spectacle Vache qui veut vole. Il sera accompagné de ses vieux chums musiciens: le pianiste François Lafontaine (Karkwa, Galaxie 500), le batteur Rémi Leclerc (Miriodor, Les Projectionniste), le bassiste Patrick Hamilton et le trafiqueur de sons Alexandre St-Onge. Une nouvelle facette de Falaise à découvrir!

7 février

20h30

Combat contre la langue de bois, troisième round

Animé par: Jacques Bertrand
Avec Dinu Bumbaru (urbaniste), Stéphane Crête (homme de théâtre), Nathalie Derome (performeuse), Richard Desjardins (invité d’honneur!), Monique Giroux (animatrice), Micheline Lanctôt (actrice, réalisatrice), Robert Morin (réalisateur), Ginette Noiseux (femme de théâtre), Denis Rainville (auteur-compositeur)

Interventions musicales et mise à mort des discours trop longs: Fred Fortin, Dan Thouin et Robbie Kuster

Désolé, guichet fermé! • 17,00$

En français. Six minutes. Pas de droit de réplique. Ils viennent vider leur sac. Le Combat contre la langue de bois, qui à chaque année doit repousser les limites physiques de La Sala Rossa de quelques mètres carrés faute d’espace, revient cette année avec son troisième round! «Nécessaire». C’est le mot qui vient aux lèvres des spectateurs quand vient le temps de décrire ce véritable show-culte. Encore cette année, Jacques Bertrand, le grand manitou de Macadam Tribu, animera cette soirée destinée à ceux qui sont tannés (écœurés!!) d’entendre sur les tribunes publiques les vieilles cassettes remâchant les mêmes paroles vides.

Ils feront mordre la poussière à cette maudite langue de bois: Dinu Bumbaru (urbaniste et la voix d’Héritage Montréal), Stéphane Crête (homme de théâtre, de télévision et… d’expérimentation), Nathalie Derome (performeuse à la langue bien pendue), Richard Desjardins (qui n’a pas l’habitude de mâcher ses mots, inutile de vous faire un dessin), Monique Giroux (animatrice et amie des artisans de la chanson dont la douce voix peut sans problème vous envoyer un direct bien musclé), Micheline Lanctôt (actrice et réalisatrice, à la voix rauque bien connue pour son franc-parler), Robert Morin (réalisateur indépendant… indépendant… indépendant…), Maxime-Olivier Moutier (écrivain et observateur implacable des comportements humains), Ginette Noiseux (femme de théâtre engagée, passionnée, impliquée) et Denis Rainville (chanteur du groupe Les Ours, tout indiqué pour faire peur et mordre). Afin d’éviter de mettre le public KO, nos arbitres musicaux, Fred Fortin, Dan Thouin et Robbie Kuster feront taire ceux qui s’étireront un peu trop au-delà du temps alloué! Et l’animateur Jacques Bertrand? Toujours aussi flegmatique et sarcastique.

8 février

20h30

Propos sur «Le Peuple invisible» suivi de «Aliénor»

Désolé, guichet fermé! • 25,00$

En français. D’année en année, Richard Desjardins poursuit son engagement bien au-delà de la chanson. Avec Robert Monderie, coréalisateur (L’Erreur boréale, Mouche à feu, Comme des chiens en pacage), ils se sont intéressés aux Algonquins, un peuple qui sillonnait un immense territoire il y a 6 000 ans et qui vit maintenant dans des conditions déplorables. Le tournage est terminé et Desjardins travaille maintenant au montage. Le 8 février, dans l’intimité de La Sala Rossa, Richard Desjardins nous fait un cadeau rare: il viendra nous parler très simplement du travail autour de son film Le Peuple invisible et le public aura le privilège de pouvoir poser des questions, et qui sait influencer sa réflexion (hum…).

En deuxième partie de cette soirée privilégiée, Desjardins présentera, pour la deuxième fois seulement au Québec, son monologue Aliénor, une conversation avec Aliénor d’Aquitaine (celle qui a donné naissance au valeureux Richard Cœur de Lion). Un propos qui s’annonce inusité quand on connaît l’éloquence dont peut faire preuve Richard Desjardins lorsqu’il décide d’interpréter un personnage.

9 février

20h30

Body and Soul 4

Bilingue. Spectacle de clôture. Wow-là! On ne se quittera pas sans casser la baraque une dernière fois! Un Body and Soul comme on n’en a jamais vu se chargera de boucler avec audace la 6e édition du FVA. Drôles, irrévérencieuses, sociables, absurdes, accueillantes et complètement déjantées, Les Moquettes Coquettes animeront cette soirée où le sexe féminin déversera toute sa charge de yin…et de yang! Au programme: Giselle Webber, la décapante chanteuse du groupe The Hot Springs. La Numba One viendra performer en solo. Pour la première fois au festival, les membres de Woman With Kitchen Appliances (WWKA) injecteront une dose d’incongruité à cette soirée survoltée. Identiques, interchangeables, jetables et mortellement sérieuses, WWKA est un projet sonore, un band hardcore de cuisine, une cacophonie, une recette, et depuis 2004, un service de certification de cuisine (ouf!). Cédant sa place d’animatrice cette année, D.Kimm, directrice des Filles électriques, sera tout de même là pour livrer une performance avec toute la sensibilité et la sensualité qu’on lui connait. Après? Ben c’est l’party!!! Les filles usurperont le titre de DJ. Outch…