Horaire >

Vendredi 8 février 2008

16h00

[Salon de la marginalité]

Diane Trépanière reçoit — 2

Entrée libre

L’artiste intervenante Diane Trépanière reçoit les participantes de La rue des Femmes de Montréal et de l’Arrêt-Source qui présentent leurs écrits et photos.

Les femmes en difficulté ont aussi besoin de rêve et de beauté. Puisque plusieurs organismes compétents s’occupent déjà de leurs besoins physiques et psychologiques, Les Filles électriquescherchent à compléter cette aide par le biais de projets artistiques et de création. Ainsi, depuis trois ans elles travaillent avec l’artiste intervenante Diane Trépanière. C’est grâce à son engagement et à sa générosité qu’elles ont réalisé et publié deux livres magnifiques en collaboration avec des maisons d’hébergement pour femmes en difficulté: Écrire et sans pitié (éditions du Passage, 2006) en collaboration avec l’Arrêt-source, et l’ABCd’art de La rue des Femmes (Remue-ménage, 2007), en collaboration avec La rue des Femmes de Montréal.

Artiste interdisciplinaire, Diane Trépanière est photographe de formation et a participé à plusieurs événements collectifs en plus d’avoir produit quatre installations solos. En 1999, elle a notamment réalisé une installation photographique à la mémoire des quatorze femmes victimes de la tragédie de Polytechnique et, dans le cadre de la Marche mondiale des femmes en l’an 2000, elle a créé une autre œuvre commémorative dans le parc Émilie-Gamelin à Montréal. Elle a fait paraître Des pas sur l’ombre (Remue-ménage, 2004), un recueil de textes d’intervenantes en maison d’hébergement. Son travail a été présenté dans des centres d’artistes, musées et maisons de la culture au Québec. Depuis plusieurs années, elle anime des ateliers de photographie et d’écriture à La rue des Femmes et des ateliers d’écriture à l’Arrêt-Source.

Depuis sa fondation en 1994, La rue des Femmes de Montréal / Herstreet accueille des femmes en situation d’itinérance et de grande difficulté en les accompagnant dans un processus de guérison et de reprise de pouvoir sur leur vie. Cet organisme accorde une place primordiale à l’expression artistique comme moyen de reconstruction et d’inclusion sociale.

En plus d’offrir le gîte, le couvert et la sécurité physique aux jeunes femmes de 18 à 30 ans qui y sont accueillies, L’Arrêt-Source leur procure soutien, accompagnement et encadrement sur une période pouvant aller jusqu’à deux ans.

17h00

[5 à 7 bandpoésie à la Casa]

Magnolia

Entrée libre

En français. Magnolia, c’est le groupe de la violoncelliste Mélanie Auclair qui a longtemps accompagné des grosses pointures comme Michel Rivard, Robert Charlebois, Chloé Ste-Marie et Lhasa De Sela. Dans ce projet personnel, elle propose des petits bijoux de folk animés par la douceur du spleen. Mélanie est aussi une remarquable improvisatrice et une des rares filles à œuvrer dans la Ligue d’Improvisation Musicale. En acceptant de participer à cette série, elle voulait travailler avec D. Kimm, qui a accepté avec joie cette invitation.

20h30

[Spectacles de 20h30]

Cabaret DADA — Spectacle de clôture

Bilingue et langues inventées. Entre 1916 et 1925, les dadaïstes voulaient remettre en cause les conventions et les contraintes idéologiques, artistiques et politiques. Comme nous. Ils rejetaient les convenances, la raison et la logique. Comme nous. Ils aimaient l’extravagance et la liberté de création. Comme nous. Et surtout, ils cherchaient cette liberté particulièrement dans le langage, qu’ils aimaient lyrique et hétéroclite. Comme nous!!!

Notre soirée de clôture prend la forme d’un Cabaret DADA digne de nos précurseurs dadaïstes. En effet, cette édition du FVA mise particulièrement sur le sens de l’histoire. Nous avons commencé avec John Giorno, qui pratique la poésie performée depuis 50 ans. Nous terminons en rendant hommage à nos pairs, pères et mères de la performance par un cabaret dans la plus pure tradition DADA. Nous avons convoqué les artistes les plus fous de Montréal, on leur a dit que tout était possible, du texte aux costumes. Et nous avons réuni une distribution complètement délirante, — pour ne pas dire hystérique queer insolente démesurée, improbable. À bas la raison et vive l’extravagance! De plus, pris d’un instant de folie typiquement dadaïste, nous avons maintenu le prix du billet à 15 $ seulement pour cette soirée follement historique.

Avec 2boys.tv, Nathalie Claude, Stéphane Crête, Pascal Angelo Fioramore, Miriam Ginestier, Marcelle Hudon, Dayna McLeod, Carole Nadeau, Dominique Pétrin, Alexandre St-Onge, Simon Brown. La soirée sera animée par la toujours surprenante Alexis O’Hara. Et nous avons recruté la plus jolie et la plus grande cigarette girl au monde: Lucas Jolly. Il y aura aussi projection des vidéos noir et blanc muets queer (!) de Miriam Ginestier mettant en vedette l’aventureuse Fannie Nipplebottom et des vidéos tendance dada de Mike Stecky.

23h00

[Shift de nuit à la Casa]

Shift de nuit

Animé par Michel Vézina

Poètes invités: Urbain Desbois, Stanley Péan, Frank Martel

Musiciens: Philippe Brault, Guido Del Fabbro

3,00$

Micro ouvert bilingue.

Un dernier Shift de nuit qui risque de finir tard tard tard.