Horaire >

Mardi 9 février 2010

17h00

[5 à 7 band + poésie]

Passagères

Casa del Popolo, Montréal, Québec

Entrée libre

En français. Les Filles électriques, en collaboration avec les éditions Planète Rebelle, vous invitent au lancement de Passagères — Voix de changement, un livre-CD regroupant les voix de femmes qui ont traversé Passages, ressource d’hébergement et d’insertion pour jeunes femmes en difficulté de 18 à 30 ans. Elles sont plus de quarante, résidentes, ex-résidentes ou intervenantes, à participer à ce collectif avec leurs voix brutes, sensibles et authentiques. Par leurs poèmes ou de courts textes, elles lèvent le voile sur leurs réalités trop souvent silencieuses, de véritables cris de vie, vers la vie. Émotion, lectures, musique et célébrations sont au programme.

www.passageres.com

20h00

[Benu]

Benu

Texte et interprétation: d’bi. young
Mise en scène: Natasha Mytnowych
Composition musicale et interprétation: Tova Kardonne
Lumière: Kimberly Purtell

La Chapelle, Montréal, Québec

Régulier: 25,00$ • Étudiant, artiste: 20,00$

«Few performers have the raw charisma of d’bi.young, her ability to command attention every second she’s on stage… (benu is) a riveting journey through her psyche, equal parts blood and magic.» —Serafin Lariviere, Eye Weekly

Ayant depuis peu donné naissance et confrontée maintenant à sa propre mortalité, benu, une femme de 30 ans, contemple la vie et la mort. Dans un hôpital de Toronto, sa pression sanguine augmente mystérieusement, comme un phénix, ce qui déclenche une série d’étranges maladies physiques et mentales qui l’emmènent sur le sentier de la peur, de la découverte et du recommencement. La réalité croise les mythes, la magie croise les rituels, une narration auto-fictionnelle-mythologico-graphique se déroule à feu vif et, parallèlement, un mythe de l’ancienne Égypte est raconté, celui du phénix, l’oiseau de benu.

d’bi.young est une visionnaire africano-jamaicano-canadienne qui joue, publie et donne des conférences, tant au Canada qu’à l’étranger. Auteure et praticienne du théâtre, elle a produit cinq albums, signé deux collections de poésie dub et elle est l’auteure/performer du spectacle solo blood.claat pour lequel elle a reçu deux prix Dora Mavor Moore. d’bi.young a récemment fondé le radical arts centre anitAFRIKA! dub theatre et est présentement en train de finaliser son premier essai sur la poésie et le théâtre dub.

Une coprésentation La Chapelle et Festival Voix d’Amériques. Une production anitAFRIKA! dub theatre.

20h30

[Spectacles de 20h30]

Dans la forêt 2: Plus on avance, plus le bois est grand

En français. La deuxième soirée de la série Dans la forêt, une proposition des Ying Yang Ladies, est un véritable parcours de 24 heures dans la forêt où chaque performeuse incarnera un moment du jour ou de la nuit. Formées de la photographe Caroline Hayeur et de la musicienne Myléna Bergeron, les Ying Yang Ladies travaillent un corpus d’œuvres vidéo-musique mystérieux et onirique. À l’invitation du FVA, elles incluent pour la première fois le texte performé et collaborent avec cinq jeunes femmes étranges aux parcours singuliers. Sans aller jusqu’à les qualifier de bêtes sauvages, on peut dire qu’elles sont… surprenantes et indociles. On parle ici de Dominique Pétrin qui nous en a fait voir de toutes les couleurs au sein des défunts Georges Leningrad, d’Isabelle Mandalian dont l’écriture atteint sa cible, de Larissa Corriveau, comédienne, musicienne et amie des licornes et des chevaux, de la plasticienne Cynthia Girard qui se prend parfois pour un cobra, parfois pour un insecte branche, et de la jeune et intense Marie Davidson qui a déjà plusieurs groupes de musique expérimentale dans ses trophées de chasse.

23h00

[Shift de nuit]

Shift de nuit: Arreuh

Animé par Alexis O’Hara.

Musiciens: Bernard Falaise et Michel F Côté.

Les Productions Arreuh présentent Annick Chauvette, Marie-Ève Comtois, Rose Eliceiry, Marie-Paule Grimaldi, Catherine Cormier-Larose et Claudine Vachon.

Casa del Popolo, Montréal, Québec

Entrée libre

Micro ouvert bilingue. Qui n’a pas rêvé de voir ce qui se passe dans la salle se transposer sur la scène? Parce qu’elles s’intéressent à l’effet de leurs mots dans l’espace public, ces poètes s’attardent au fil conducteur entre la salle et la scène. Des voix différentes qui se rencontrent et des mots terriblement publics; ce shift de nuit saura vous déplacer hors de votre zone de confort!