Mot de la directrice artistique D. Kimm

Le festival Phénomena est la créature inusitée née du Festival Voix d’Amériques (FVA) que nous avons produit et réalisé de 2002 à 2011. Un nouveau festival, mais avec une équipe expérimentée et un solide réseau de collaborateurs.

Bien sûr, certains d’entre vous seront nostalgiques du FVA, voire même déçus que nous ayons opté pour un changement. Nous vous comprenons. Ce n’est jamais facile de voir ceux qu’on aime changer.

Nous avions besoin de bouger pour aller plus loin et faire mieux ce qui nous tient à cœur: offrir des propositions originales et décoiffantes, avant-gardistes mais néanmoins touchantes. Permettre la rencontre improbable. Et surtout, donner une tribune à l’interdisciplinarité, qui n’est pas seulement une accumulation de disciplines, mais plutôt une manière de faire qui chérie le questionnement, transgresse les normes et nous sort de la zone de confort.

Phénomena deviendra une tribune pour ceux qui cherchent et inventent, même avec peu de moyens. On assiste ces dernières années à un gigantisme qui semble vouloir imposer ses normes à tous les secteurs d’activités. Gros festivals, budgets mirobolants, infrastructures coûteuses, pleines pages de publicités dans les journaux, publicités à la télé, records par ci, records par là… Comme si, en dehors du méga, point de salut.

Pour notre part, nous laissons le méga à ceux qui en ont besoin et choisissons le petit, l’humain, le délicat, le secret, l’intrigant, le dérangeant. Nous voulons faire de la place aux voix sincères et différentes. Ça veut dire des petites salles, un quartier qui a de l’âme, des artistes indépendants, des réalisations artisanales, des créations à budgets modestes mais à l’imagination délirante. Que nous présentons aussi à un coût TRÈS raisonnable ou encore gratuitement.

Tout le monde est bienvenu, les intellos comme les néophytes, les habitués comme les nouveaux, les jeunes comme les vieux. Je vous attends, c’est même moi qui ouvre la porte!