Mot de Claudia Chan Tak, commissaire à la diversité

Claudia Chan Tak [Photo: Claudia Chan Tak]
Claudia Chan Tak [Photo: Claudia Chan Tak]

Cette nouvelle édition marque ma première présence en tant que commissaire à la diversité pour le Festival Phénomena. Ce tout nouveau rôle qui porte à l’intérieur même de son titre un mot aux connotations complexes et sensibles, est révélateur d’un besoin et d’un manque. Dans la dernière année, de trop nombreux événements racistes et tragiques nous ont atteint et nous ont amené à questionner, marcher, dénoncer, lire, écouter, crier et revendiquer. La pandémie nous a forcé à nous arrêter, à prendre le temps de nous regarder dans le miroir et à remettre en question nos valeurs. Mais outre les mots qui ont été dits, les réflexions qui ont été faites et les promesses qui ont été annoncées, quels gestes ont réellement été posés?

Ce poste que j’occupe aujourd’hui prouve que le Festival Phénomena veut changer les choses, qu’il veut entrer dans l’action, qu’il cherche des solutions concrètes en ouvrant des portes, en partageant ses pouvoirs décisionnels et en étant à l’écoute. Ce rôle, je le porte avec fierté. Une immense fierté. Mais en toute franchise, j’espère que bientôt, il n’aura plus à exister. Que nous n’aurons plus à parler de diversité comme un débalancement et une absence à corriger, mais plutôt comme une richesse et une fierté que nous n’aurons plus besoin de revendiquer mais de simplement célébrer et ce, sans avoir à la nommer, à l’identifier, à l’étiqueter…

Cher·ères artistes de Mixtape — Côté A et Côté B, je vous ai sélectionné·es parce que vous m’avez touchée. Parce qu’en fouillant sur vous et sur votre travail une étincelle a jailli, un frisson est passé et une envie de vous connaître est née. C’est pourquoi, je vous ai invité·es à créer ensemble et à partager un espace scénique. Je souhaite que nous nous rencontrions, que nos parcours se croisent et que nos réflexions et parcours s’enrichissent mutuellement. Je veux nous prendre en photo pour que nos visages soient vus, je veux que des articles soient écrits sur nous, je veux que des catalogues d’artistes nous présentant soient réalisés, je veux que des activités de médiation nous ouvrent à de nouveaux publics et je veux que des résidences de création nous fassent rencontrer de nouveaux alliés. C’est pourquoi, j’ai travaillé fort cette année pour vous offrir tout ceci. Parce que vous le méritez et parce que c’est par ce genre d’initiatives et d’actions que nous ferons changer et avancer les choses. Je vous aime et je vous admire, merci d’avoir bien voulu avancer avec moi.

Chère D.Kimm, merci pour la création de ce poste. Un grand merci pour ton écoute, ta confiance, ton ouverture, ton engagement, tes encouragements et surtout, merci de soutenir avec passion mes initiatives et de croire en mes rêves.

Chers spectateurs, chères spectatrices, je vous souhaite d’être charmé·ées par ces artistes comme je l’ai été. Et en toute franchise, je vous souhaite aussi d’être de plus en plus diversifié. Comme fière Québécoise d’origine Malgache-Chinoise, j’ai besoin de me reconnaître sur scène, mais aussi de me reconnaître dans le public. Je m’y sens encore trop seule.

Cher·ères artistes de la communauté asiatique, mon appel non officiel sur Internet pour mieux vous connaître m’a donné envie de tous·tes vous programmer. Nous avons durement souffert dernièrement, mais nous avons aussi eu la force et le courage de nous rassembler et de défendre notre hashtag, notre #StopAsianHate. Vous découvrir dans le cadre de mes fonctions a été un des moments les plus touchants et les plus empowering de mon année. À défaut de pouvoir vous offrir à tous·tes une place sur la scène de Phénomena, je suis fière que ceci m’ait donné l’idée de créer mon Bottin asiatique et artistique du Québec qui je sais, fait opérer sa magie depuis ses débuts. Je nous souhaite un avenir sous le signe de la prospérité.

Cher·ères artistes BIPOC, il nous reste encore de nombreuses luttes à gagner, mais il ne faut pas oublier que chacune de nos présences sur scène, chacun de nos visages sur une affiche, chacun de nos noms dans une programmation est une victoire de gagnée. Une victoire que nous devons célébrer tous et toutes ensemble.

Je vous souhaite à tous et à toutes, un incroyable festival.